Nouvelle section REWIND !

Bienvenue dans cette nouvelle section, qui va vous proposer un petit bond dans le temps. J’ai retrouvé pas mal d’articles publiés sur différents sites qui ne sont aujourd’hui plus en ligne. Histoire de garder une trace de ces heures passées à tester des jeux divers et variés et à me faire des cales aux doigts à rédiger mes articles, j’ai décidé de vous les reproposer dans cette section.

Ils sont livrés dans leur jus, sans retouche aucune, avec seulement quelques commentaires en couleur qui viennent apporter des éclaircissements modernes.

J’espère que cette proposition vous plaira ! Bonne lecture.

L’histoire de Nintendo ne serait-elle qu’un éternel recommencement ? En ce début d’année [on est en 2006 au moment de la sortie !] , le géant nippon décide en effet de nous proposer une énième aventure du plombier moustachu. La firme japonaise semble vouloir, une fois de plus, tirer le maximum de ce personnage mondialement connu. Le jeu qui nous parvient aujourd’hui est-il à la hauteur des espérances qu’on peut lui porter ou se révèle-t-il n’être qu’un jeu fade exploitant maladroitement une licence qui tend à s’user ? Réponse dans les quelques lignes qui suivent.

It’s me, Mario !

Trois ans après la sortie de Mario et Luigi : Superstar Saga, Alphadream décide de remettre le couvert et nous propose donc ce nouveau soft basé sur la licence Mario. Difficile, après le succès de leur précédent de titre, de revenir sur le devant de la scène en proposant un titre de qualité ». C’est pourtant le défi osé qu’a tenté ce studio de développement, qui essaie de bouleverser encore un peu plus le Royaume Champignon. Le scénario est donc le premier élément à être passé par leur esprit réformateur. Ainsi, tout en conservant le supra classique kidnapping de la princesse Peach, certains autres aspects changent. Ainsi, exit Bowser comme super méchant, et bienvenue aux Xhampi. Ces derniers ne sont autres que des… extraterrestres !

De plus, la capture de la belle s’est faite alors que celle-ci effectuait un voyage dans le temps afin de visiter son royaume d’antan. La série bascule donc dans des aspects science-fiction complètement novateurs, et on ne va pas s’en plaindre. Pour sauver Sa Majesté, on fait donc appel à nos deux plombiers moustachus, les bien nommés Mario et Luigi. Au cours de leur voyage dans le temps, les deux frères en salopette ne tarderont pas à faire la connaissance de leurs jeunes doubles. Votre aventure vous mènera alors de part et d’autre du monde, le tout saupoudré de voyages temporels. [une idée reprise depuis avec Super Mario Odyssey notamment !]

Celle-ci sera placée avant tout sous le signe de l’humour puisque votre quête sera parsemée de petits gags qui, même s’ils ne nous font pas mourir de rire, parviennent à nous faire esquisser sans trop de mal des souvenirs amusés. Les attitudes de tous les protagonistes sont tout simplement géniales, particulièrement celles des deux bambins. Bref, les développeurs ont fait un travail absolument remarquable sur ce point, et on ne peut vraiment rien reprocher de ce côté-là.

Pas de tâche derrière la moustache

Alphradream nous propose donc, à l’instar du premier opus, un RPG basé sur la complémentarité des personnages présents dans le jeu. En effet, pour ceux qui auraient joué au premier épisode, les bases restent résolument les mêmes. En revanche, des ajouts ont été faits : alors que seuls Mario et Luigi étaient jouables auparavant, les touches A et B correspondant respectivement à chacun d’eux, il faudra désormais compter également sur Baby et Baby. Ainsi, les touches X et Y seront utilisées de la même manière que celles affectées à leurs homologues adultes. Cela amènera parfois à des situations assez difficiles à gérer dans lesquelles il faudra régir vite en appuyant sur la touche qui convient au personnage dont il est question. Difficile, certes, mais très plaisantes à jouer. Lorsque les deux groupes seront séparés l’un de l’autre (les adultes ne pouvant se séparer, tout comme les enfants qui restent obligatoirement ensemble), chacun apparaît sur l’un des écrans de la DS, et libre à nous de les driger comme bon nous semble.

En outre, Mario et Luigi auront la possibilité de porter sur leurs épaules les jeunes, afin de simplifier les déplacements en groupe. Cela sera très pratique, car les bébés pourront service de projectiles [depuis que je suis père, ça me semble moins être une bonne idée de jeter un bébé pour atteindre un objet en hauteur !] pour atteindre des blocs en hauteur par exemple. Cette complicité entre les individus est aussi la pièce centrale des combats, qui tiennent un rôle primordial dans le jeu. Le maître mot au cours de ceux-ci sera timing. Offensivement, cela permettra principalement d’accroitre la puissance de vos coups lors des attaques « normales ». En défense, vous pourrez esquiver toutes les attaques pour peu que vous ayez assimila la stratégie de votre ennemi. Bien entendu, les coups que vous pourrez porter ne se limiteront pas à de simples attaques, et résideront pour beaucoup dans l’utilisation de ce qu’on appelle les « objets frères ». Ces objets s’utilisent grâce à la complémentarité des combattants disponibles, et peuvent causer énormément de dégâts.

Bien entendu, vos réflexes seront mis à rude épreuve afin de pouvoir les utiliser au mieux. Ces affrontements ne se révèleront pas très compliqués, mis à part pour quelques boss bien corsés. C’est d’ailleurs la tendance générale du soft qui, s’il ne se révèle pas nécessairement très ardu, vous bloquera peut-être à certains passages difficiles. Les énigmes proposées sont parfois un tantinet tordues, et c’set là la raison pour laquelle le soft n’est pas conseillé aux plus jeunes. Pour les autres, la durée de vie du titre devrait atteindre assez facilement les vingt heures, ce qui est plus que raisonnable pour un jeu de cette qualité. Rarement on s’ennuiera, jamais on ne tournera dans un niveau en essayant de trouver une issue qi ne veut pas se montrer. Bref, du tout bon !

Techniquement génial

D’un point de vue purement technique, le soft impressionne. Les graphismes que nous propose la Nintendo DS sont d’une finesse resplendissante, que ce soit au niveau des personnages ou des décors. Ces derniers se révèlent être incroyablement variés et diversifiés d’un niveau sur l’autre, empêchant ainsi la monotonie de faire la moindre apparition. Les héros sont, eux aussi, gratifiés d’une modélisation sympathique. Bien qu’il se conforme à un classicisme radical, le design possède un petit quelque chose qui le fait se démarquer des productions habituelles. Au niveau de la bande sonore, le constat est légèrement différent. Si le thème principal de la série est ici réutilise de manière assez magistrale, les autres musiques ne produisent pas le même effet et risquent bien de laisser de marbre la grande majorité d’entre nous. En revanche, les expressions de Mario et Luigi sont tout simplement cultes. Entre les « Marioooooo » lancés par l’un et les cris apeurés de l’autre, il y a de quoi faire ! Un point qui compense amplement le petit vide musical.

Ce Mario et Luigi : Les Frères du Temps se révèle être ainsi le digne successeur de son aîné. Se basant sur les acquis de ce dernier, le titre parvient à nous tenir en haleine tout au long de la vingtaine d’heures qui compose l’aventure. Enchaîner les combats, les énigmes aura rarement été aussi plaisant en compagnie de Mario, du moins sur console portable. Les petits gars de chez Alphadream réalisent ici un quasi sans-faute, que nous ne pouvons que saluer. Un titre à posséder pour tous ceux qui souhaitent une aventure originale, drôle et plaisante à jouer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici